Hypertensions de la grossesse : définitions et classification

1

Aspects épidémiologiques

La fréquence de l’hypertension artérielle au cours de la grossesse est estimée entre 6 et 10 % des grossesses aux États-Unis et en Europe [1] :

  • une hypertension chronique préexistante est observée dans 1 à 5 % des grossesses ;
  • une hypertension gestationnelle sans protéinurie apparaît dans 5 à 6 % des grossesses ;
  • une prééclampsie se développe dans 1 à 4 % des grossesses, mais beaucoup plus fréquemment en présence de facteurs de risque. Le risque de récurrence d’une prééclampsie au cours des grossesses ultérieures est de 20 à 25 % [2].

L’hypertension artérielle au cours de la grossesse reste, par ses complications, la première cause de morbidité et mortalité maternelles [3, 4] et fœtales [3]. Dans une étude récente de population, la mortalité maternelle a été de 12/100 000 pour les femmes ayant eu une hypertension en comparaison à 2,8/100 000 si la PA était normale [3].

Définitions

L’hypertension artérielle lors de la grossesse ou dans le post-partum immédiat (période couvrant les 6 semaines qui suivent l’accouchement) est définie comme suit (tableau I).


Elle peut se présenter sous l’un des trois aspects suivants :

  • Hypertension artérielle chronique (préexistante à la grossesse ou constatée avant la 20e SA). La survenue d’une protéinurie après la 20e SA, chez une femme ayant une HTA chronique, définit l’HTA chronique avec prééclampsie surajoutée.
  • Hypertension artérielle gestationnelle sans élévation pathologique de la protéinurie (constatée après la 20e SA).
  • Prééclampsie définie par une HTA (contrôlée ou non) associée à une protéinurie pathologique découverte après la 20e SA chez des femmes précédemment normotendues, non protéinuriques [2, 5].
    La fréquence de la prééclampsie augmente chez les patientes à haut risque (hypertension chronique sévère, HTA gestationnelle, antécédent de prééclampsie, Doppler utérin pathologique, grossesse multiple, diabète insulino-dépendant) [6]. La prééclampsie est dite “précoce” lorsqu’elle survient avant 34 SA. Une prééclampsie peut survenir dans le post-partum immédiat.

Une recherche de protéinurie par bandelette ou recueil urinaire doit être réalisée au moins une fois par mois chez toute femme enceinte. Un résultat supérieur ou égal à 1+ à la bandelette nécessite une confirmation au laboratoire sur un échantillon matinal ou sur un recueil urinaire des 24 heures. Une protéinurie[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Néphrologie, Hypertension et Dialyse, Hôpital Édouard Herriot, Université Cl Bernard Lyon 1, LYON.

Un commentaire

Laisser un commentaire