Physiopathologie de l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée

0

Si la réalité de l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée (ICFEp) est maintenant largement admise, les causes physiopathologiques aboutissant à cette pathologie restent, quant à elles, débattues et par conséquent incertaines.En s’affranchissant des formes particulières d’ICFEp – comme les cardiomyopathies hypertrophiques ou restrictives typiques – et en se concentrant sur les formes habituelles du sujet âgé, voire très âgé, bien souvent hypertendu et/ou diabétique, quelques éléments clés semblent devoir être étudiés dans cette pathologie :le cœur lui-même, dont les fonctions systolique et diastolique semblent anormales de manière plus ou moins marquée ;le système artériel systémique (aorte et gros troncs artériels) qui montre des signes de rigidification, en continuité avec le système artériel périphérique et artériolaire dont le fonctionnement, en particulier à l’effort, est inadapté ;le couple formé par le c[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Chef du pôle Cardiovasculaire, Service de Cardiologie, Hôpital Sainte-Musse, CHI, TOULON-LA SEYNE-SUR-MER.

Les commentaires sont fermés