Quoi de neuf en insuffisance cardiaque ? Le LCZ696 : de l’IC systolique à l’ICFEP

0

Disponible en ATU de cohorte depuis quelques mois en France, commercialisé récemment aux États-Unis, il devrait être mis à disposition du corps médical au cours de l’année à venir, d’abord pour les cardiologues grâce à l’article 48, avec une délivrance dans les pharmacies hospitalières.

L’indication pourrait être :

– soit restreinte, en 2e intention, calquée sur ses modalités d’utilisation au cours de l’essai PARADIGM-HF, en remplacement des IEC ou des ARA2 chez les patients demeurant symptomatiques sous traitement médical optimal et n’ayant pas bénéficié de l’effet anti-remodelage de ce traitement, conservant une fraction d’éjection ≤ 35 % et un BNP > 100 pg/mL ;

– soit large, en 1re intention, en alternative aux IEC.

Le LCZ696 est une molécule duale possédant une double action :

– d’une part, il comprend le sacubitril, un inhibiteur sélectif de la néprilysine, l’endopeptidase neutre, enzyme qui dégrade les peptides natriurétiques (ANP, BNP, CNP), permettant ainsi une augmentation des taux endogènes de ces hormones vasodilatatrices (par un effet médié par la voie du GMP cyclique), natriurétriques, antifibrotiques et antiprolifératives, et réduisant l’hypertrophie ventriculaire. De plus, à la différence de l’omapatrilate, il n’agit pas sur l’aminopeptidase P ;

– d’autre part, il renferme un antagoniste des récepteurs AT1 de l’angiotensine 2, le valsartan, ce qui permet de diminuer le risque d’effets secondaires par rapport à l’omapatrilate qui agissait comme un IEC et dont le développement a été interrompu en raison du risque d’angiœdème lié à l’inhibition de trois enzymes responsables de la dégradation de la bradykinine : l’enzyme de conversion, la néprilysine et l’aminopeptidase P.
L’association d’un inhibiteur du SRAA aux inhibiteurs de la néprilysine est nécessaire du fait de l’augmentation de l’angiotensine 1 et 2 et de l’endothéline qu’ils génèrent, et de leur effet vasoconstricteur en cas d’utilisation isolée.

Insuffisance cardiaque à fraction d’éjection altérée : l’étude PARADIGM-HF

C’est le plus grand essai sur le plan numérique réalisé dans l’ICFEA. Pour être inclus, les patients devaient être stables[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Fédération des Services de Cardiologie, CHU Toulouse-Rangueil, Toulouse. Inserm, U858, Toulouse.

Laisser un commentaire