Apport de l’IRM cardiaque dans l’exploration d’une cardiopathie dilatée

1

La dysfonction ventriculaire gauche représente aujourd’hui un problème de santé publique majeur dans les pays développés puisque l’incidence de cette affection augmente régulièrement. L’amélioration de la prise à la phase aiguë de l’infarctus, l’augmentation du nombre d’obèses, l’amélioration de la prise en charge de l’hypertension et le vieillissement de la population laissant à penser que l’incidence de cette affection va continuer à augmenter dans les années à venir.

Le rôle de l’imagerie en coupe dans le bilan et le suivi de ces patients prend une place prépondérante du fait des avantages incontestables du scanner (exploration non invasive des coronaires) et de l’IRM cardiaque (caractérisation tissulaire et analyse de la fonction VG) par rapport aux techniques classiques échocardiographiques et scintigraphiques.

Le but de cet article est de reprendre les différentes étapes de la démarche diagnostique du radiologue devant l’exploration d’un patient qui se présente avec une dysfonction ventriculaire gauche et une dilatation du VG.

Définitions et généralités

Dans les recommandations européennes, les cardiomyopathies dilatées (CMD) sont définies par la présence d’une dilatation ventriculaire gauche et d’une dysfonction cardiaque systolique en l’absence de cause ischémique, hypertensive, malformative ou valvulaire suffisante pour être à l’origine de la dysfonction [1, 2]. La prévalence de la cardiomyopathie dilatée est évaluée aux alentours de 1/2 500, et se manifeste généralement entre la troisième et la quatrième décade. Cette affection peut être à l’origine d’une insuffisance cardiaque, de troubles du rythme supraventriculaires et ventriculaires et de complications thrombo-emboliques. La mortalité dans cette affection[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service d’Imagerie médicale, Hôpital de la Timone 2, MARSEILLE CIPIM, Centre d’investigation pour l’imagerie Marseille, Service de Radiologie, Hôpital la Timone, MARSEILLE.

Un commentaire

Laisser un commentaire