Les normes et les apports en vitamine D doivent-ils être revisités ?

0

Le rachitisme est une maladie de l’os en croissance qui a été décrite dès le XVIIe siècle. Rapidement, la relation avec soit une carence nutritionnelle, soit un défaut d’ensoleillement a été faite. Cette relation a pu être démontrée au début du XXe siècle avec la découverte de la vitamine D et de son métabolisme, confirmant l’apport de la vitamine D dans certains aliments (huile de foie de morue) ou la synthèse de la vitamine D cutanée selon l’exposition solaire. Dès lors, la lutte contre le rachitisme a conduit à préconiser puis à institutionnaliser une supplémentation en vitamine D pour la population pédiatrique, soit sous forme de médicament, soit sous forme d’enrichissement systématique des laits infantiles en vitamine D, et ce depuis 1992 en France. Les recommandations sont diverses selon les pays et ont varié avec les années (tableau I).

Depuis 10 ans, la vitamine D est de nouveau le centre d’une actualité médicale intense. Le métabolite actif de la vitamine D, la 1,25(OH)D­, contrôle environ 3 % du génome humain et de nombreux effets extra-osseux ont été mis en évidence, même si pour certains il s’agit – dans l’état actuel de nos connaissances – davantage d’une association (la prévention du diabète auto-immun par exemple) que d’une cause à effet scientifiquement démontrée [1]. Dès lors, la question de l’apport optimal pour bénéficier de ses nouveaux effets se pose et donc en découle la question de la supplémentation optimale et des normes à atteindre.

Les recommandations en apports journaliers de vitamine D sont variables : 5 µg/j en Europe, 15 à 20 µg/j aux États-Unis, 20 à 25 µg/j selon les recommandations de la société américaine d’endocrinologie, jusqu’à 100 µg/j pour d’autres sociétés savantes pour permettre d’atteindre un taux sérique de 25(OH)D de 40 ng/mL[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Endocrinologie pédiatrique, Hôpital de la Mère et de l’Enfant, Limoges.