Dépistage des anévrysmes de l’aorte abdominale. Pourquoi ? Comment ? Qui et quand ?

0

L’anévrysme de l’aorte abdominale (AAA) est une dilatation segmentaire de l’aorte abdominale de plus de 50 % par rapport au diamètre attendu, associée à une perte du parallélisme des bords de l’artère, préférentiellement localisé dans son segment sous-rénal [1]. La valeur seuil retenue dans la plupart des études épidémiologiques est un diamètre maximal de 30 mm.

Il s’agit d’une maladie du sujet âgé dont le risque évolutif est la rupture grevée d’une mortalité pouvant atteindre 80 % [2]. Les objectifs du dépistage d’un AAA sont la diminution de la mortalité liée à l’AAA et de la mortalité globale grâce à la mise en œuvre d’une prise en charge adaptée.

Même si la plupart des facteurs de risque de survenue d’un AAA sont communs avec l’athérosclérose, les lésions artérielles diffèrent. La matrice extracellulaire de la média est détruite sous l’effet de métalloprotéinases matricielles responsables de la lyse de l’élastine et du collagène. A cette protéolyse s’associe une apoptose des cellules musculaires. La média est amincie et perd son élasticité et sa résistance. Les mécanismes impliqués, complexes et mal connus, font intervenir des réactions inflammatoires et immunologiques, l’effet biomécanique de la pression artérielle sur la paroi aortique et une prédisposition génétique. Les facteurs identifiés de survenue d’un AAA sont l’âge avancé (supérieur à 60 ans), le sexe masculin, le tabagisme ancien ou actif et l’hérédité, les facteurs de risque cardiovasculaires, l’existence d’une maladie athérothrombotique. La race noire ou asiatique et le diabète seraient protecteurs [3], de même que le sexe féminin, mais la maladie est plus sévère chez la femme.

Une fois l’AAA formé, sa croissance est inéluctable et augmente avec le diamètre. La cinétique de croissance peut être exponentielle ou linéaire et est discontinue dans le temps [4]. Le taux moyen de croissance annuelle varie de 1,8 mm pour les AAA de 30-34 mm à 5,02 mm pour les AAA de 45-49 mm de diamètre (tableau I) [5]. Le tabagisme actif, la présence de thrombus et le sexe féminin sont associés à une croissance plus rapide alors que le diabète la ralentirait [6-8].

Or cette croissance est[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Médecine Vasculaire, Hôpital Robert Debré, CHU, Reims.

Laisser un commentaire