Hypothermie : un standard de traitement de l’encéphalopathie hypoxique-ischémique néonatale

0

L’encéphalopathie hypoxique-ischémique (EHI) continue d’être une cause importante de lésions cérébrales à la naissance. Avec une incidence de 2 à 3 cas pour 1 000 naissances vivantes à terme et une plus grande incidence dans les pays en développement, l’EHI est responsable de 15 à 25 % de décès et de 25 % à 30 % de séquelles majeures chez les survivants à type de paralysie cérébrale, retard mental, troubles cognitifs et épilepsie [1].

Il existe actuellement de nombreuses évidences cliniques montrant qu’une hypothermie modérée débutée quelques heures après un épisode hypoxique-ischémique (HI) réduit la mort neuronale et améliore le devenir neurologique chez le nouveau-né à terme.

Les objectifs de cette mise au point sont de décrire les mécanismes d’action, les évidences[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Réanimation Pédiatrique et Néonatologie, CHRU, TOURS. Commission Recommandations de la Société Française de Néonatologie.

Laisser un commentaire