Hypothermie : un standard de traitement de l’encéphalopathie hypoxique-ischémique néonatale

0

L’encéphalopathie hypoxique-ischémique (EHI) continue d’être une cause importante de lésions cérébrales à la naissance. Avec une incidence de 2 à 3 cas pour 1 000 naissances vivantes à terme et une plus grande incidence dans les pays en développement, l’EHI est responsable de 15 à 25 % de décès et de 25 % à 30 % de séquelles majeures chez les survivants à type de paralysie cérébrale, retard mental, troubles cognitifs et épilepsie [1].Il existe actuellement de nombreuses évidences cliniques montrant qu’une hypothermie modérée débutée quelques heures après un épisode hypoxique-ischémique (HI) réduit la mort neuronale et améliore le devenir neurologique chez le nouveau-né à terme.Les objectifs de cette mise au point sont de décrire les mécanismes d’action, les évidences expérimentales et cliniques de l’efficacité de cette thérapeutique ainsi que sa mise en application dans la pratique quotidienne.Les principales phases de l’EHI (f[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Réanimation Pédiatrique et Néonatologie, CHRU, TOURS. Commission Recommandations de la Société Française de Néonatologie.

Laisser un commentaire