Baisser la pression artérielle : jusqu’où ?

0

L’hypertension artérielle (HTA) reste la première cause de décès dans le monde. Elle concerne environ 1 milliard de Terriens et 14 millions de Français. Chez ces patients, les essais thérapeutiques plus encore que les études épidémiologiques ont permis de montrer que la baisse de la pression artérielle (PA) permettait de réduire les risques d’accident vasculaire cérébral, d’infarctus du myocarde, de mort subite et d’insuffisance rénale : tout cela est connu depuis le milieu des années 1990.

Depuis lors, deux questions majeures ont été posées (et le restent en grande partie en 2010) : jusqu’où réduire la PA. Quels sont ceux qu’il vaut mieux utiliser parmi les antihypertenseurs disponibles sur le marché. Concernant la première question, les recommandations et les essais thérapeutiques récents nous apportent des informations qu’il est intéressant de discuter.

Que nous disent les recommandations

1. Les recommandations françaises

Les recommandations HAS 2005 sur la prise en charge de l’HTA sont les dernières recommandations françaises : elles ont donc toujours cours. Elles nous indiquent que la cible tensionnelle est de 140/90 mmHg chez les sujets hypertendus, mais qu’elle est plus basse (130/80 mmHg) chez les patients insuffisants rénaux ou diabétiques. (Il est à noter que ces recommandations sont revenues en arrière par rapport aux recommandations antérieures qui portaient la cible tensionnelle à 125/75 mmHg chez les sujets insuffisants rénaux protéinuriques.) Chez le patient de 80 ans et plus, la cible tensionnelle a été définie pour la première fois : 150 mmHg pour la pression artérielle systolique, quelle que soit la PA diastolique.

La cible de 130/80 mmHg retenue en 2005 par l’HAS, notamment chez le patient diabétique ou insuffisant rénal, l’a été sur trois arguments :

– les données épidémiologiques indiquant une relation linéaire entre le niveau de PA et le risque cardiovasculaire chez tous les patients et l’idée que[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Néphrologie-Immunologie Clinique, CHU, Tours.

Laisser un commentaire