Fibrinolyse et clopidogrel: faut-il commencer ?

0

La formation du thrombus occlusif responsable de l’infarctus du myocarde fait suite à une rupture de plaque athéroscléreuse qui aboutit à la mise en contact entre constituants sanguins et constituants pariétaux thrombogènes. Deux principales voies thrombogènes sont alors activées : activation des facteurs de la coagulation aboutissant à la formation d’un réseau de fibrine d’une part, et phénomène d’adhésion-activation-agrégation plaquettaire d’autre part. La physiopathologie même de la thrombose coronaire conduit donc à formuler l’hypothèse que la reperfusion pharmacologique idéale devrait inclure à la fois un traitement fibrinolytique, anticoagulant et antiagrégant plaquettaire. Mais quelle est la combinaison idéale entre ces trois classes d’agents antithrombotiques, c’est-à-dire celle qui aura la plus grande efficacité antithrombotique au moindre risque hémorragique ?Télécharger l’article : photo © Fvasconcellos[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Cardiologie, Groupe Hospitalier Universitaire Pitié-Salpêtrière, PARIS.

Laisser un commentaire