Recommandations ESC

Recommandations
0

La Société Européenne de Cardiologie a publié un “position paper” sur la toxicité cardiovasculaire des traitements anticancéreux en septembre 2016 [1].
Les avancées dans le traitement des cancers ont conduit à une amélioration de la survie, mais elles ont aussi augmenté la morbidité et la mortalité dues aux effets secondaires directs du traitement sur le fonctionnement cardiovasculaire. Le présent document passe en revue les différentes étapes de la surveillance cardiovasculaire et de la prise de décision avant, pendant et après un traitement anticancéreux ayant des effets secondaires cardiovasculaires potentiels.

Recommandations
0

Ces recommandations ont été rédigées à l’initiative de la Société Européenne de Cardiologie, via son association pour la prévention et la réhabilitation cardiovasculaire (EACPR : European Association for Cardiovascular Prevention & Rehabilitation), conjointement avec d’autres associations, ce qui leur donne une grande légitimité : European Association for the Study of Diabetes (EASD), European Atherosclerosis Society (EAS), European Heart Network (EHN), European Society of Hypertension (ESH), European Stroke Organisation (ESO), International Diabetes Federation European Region (IDF Europe), International Federation of Sport Medicine (FIMS), International Society of Behavioural Medicine (ISBM) et WONCA Europe. Cette sixième version a été publiée en 2016 [1].

Recommandations ESC
0

Les recommandations de la Société européenne de cardiologie sur les maladies péricardiques ont été présentées et publiées en septembre 2015 (www.escardio.org). Les précédentes dataient de 2004.
Les maladies péricardiques peuvent être soit des maladies isolées, soit un des éléments d’une maladie systémique. Les principaux syndromes péricardiques sont la péricardite (aiguë, subaiguë, chronique et récidivante), l’épanchement péricardique, la tamponnade cardiaque, la péricardite constrictive et les masses péricardiques.

Recommandations ESC
0

Ces recommandations ont été présentées durant le congrès de l’ESC en septembre 2015, elles sont publiées dans l’European Heart Journal et sur le site de l’ESC (www.escardio.org). Les recommandations précédentes dataient de 2009. Les raisons pour lesquelles l’ESC a souhaité actualiser ses recommandations sont la publication de plusieurs grandes séries sur l’endocardite infectieuse (dont le premier essai randomisé sur le bénéfice de la chirurgie), des progrès importants en matière d’imagerie, notamment d’imagerie nucléaire, et les discordances entre les divers textes de recommandations. En outre, la nécessité d’une approche collaborative, par l’“équipe EI”, est développée dans ces nouvelles recommandations.

Recommandations ESC
0

L’European Society of Cardiology (ESC) a publié des recommandations sur les maladies aortiques durant son congrès en septembre 2014 (www.escardio.org).
C’est la première fois que l’ESC fait des recommandations sur l’ensemble de la pathologie de l’aorte, pas seulement les syndromes aortiques aigus (dissections aortiques mais aussi hématomes intrapariétaux, ulcères aortiques pénétrants et lésions aortiques traumatiques) mais aussi les anévrismes aortiques, les maladies congénitales et génétiques, les aortites et les tumeurs aortiques. Les techniques modernes d’imagerie permettent de visualiser l’ensemble de l’aorte. Deux minutes supplémentaires lors d’une ETT chez un sujet âgé devraient être utilisées pour dépister un anévrisme de l’aorte abdominale. Une liste détaillée des valeurs normales est donnée (dans les web addenda). Les salles hybrides ont permis le développement de nouvelles options diagnostiques et thérapeutiques telles que les traitements endovasculaires, la chirurgie de débranchement de l’arche aortique ou la technique de la trompe d’éléphant congelée. Il faut mettre en place des équipes et des centres pluridisciplinaires spécialisés (cardiologues, chirurgiens, radiologues, cardiopédiatres, généticiens, etc.).