Quoi de neuf en valvulopathies ?

0

Près de 15 ans après la première implantation d’une valve aortique percutanée (TAVI) au CHU de Rouen réalisée par Alain Cribier et son équipe [1], l’année 2016 a ouvert la voie à un élargissement des indications aux patients à risque intermédiaire avec la publication des études PARTNER 2 et PARTNER 2S3 [2, 3]. L’extension des centres et du nombre d’implantations est exponentielle dans le monde avec plus de 300 000 patients traités dans près de 500 centres en Europe comme aux États-Unis. Parallèlement, l’évaluation et le développement du traitement percutané de l’insuffisance mitrale se poursuivent et, depuis peu, le traitement percutané de l’insuffisance tricuspide est entré dans la course.

Le traitement percutané du rétrécissement aortique

Les deux valves SAPIEN 3 (Edwards Lifesciences, Irvine, Californie, États-Unis) et CoreValve (Medtronic, Minneapolis, MN, États-Unis), seules autorisées en France, dominent toujours très largement le marché à travers le monde (fig. 1). Cinquante centres (avec chirurgie sur place) sont homologués en France par les autorités de santé permettant une expansion de cette technique dans le cadre d’un registre national encadré, le registre France TAVI [4], qui fait suite aux registres FRANCE [5] et FRANCE 2 [6, 7].

1. Avancées technologiques

La valve SAPIEN 3 (fig. 1),[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Cardiologie, Hôpital Charles Nicolle, ROUEN.

Les commentaires sont fermés