Les hypertensions de la grossesse : ce que le cardiologue doit savoir…

0

L’HTA gravidique est définie par une PA systolique ≥ 140 mmHg et/ou une PA diastolique ≥ 90 mmHg, quel que soit le terme de la grossesse, sur au moins deux consultations différentes. On distingue l’HTA modérée (PAS 140-159, PAD 90-109 mmHg) de l’HTA sévère (≥ 160/110 mmHg) [1]. Le terme de “syndromes hypertensifs de la grossesse” est plus approprié puisqu’il correspond à des tableaux cliniques très variés.

Les sociétés savantes ont ainsi proposé la classification clinico-biologique -suivante :

– l’HTA préexistante diagnostiquée avant la 20e semaine d’aménorrhée (SA) ;

– l’HTA “gestationnelle isolée” apparaissant après la 20e SA et disparaissant au maximum dans les 42 jours du -post-partum ;

– la prééclampsie après la 20e SA, qui associe HTA et protéinurie, et sa variante grave le HELPP syndrome (hémolyse intravasculaire, cytolyse hépatique et thrombopénie < 100 000/mm3).

– une entité à part, “l’HTA anténatale non classable” dont le diagnostic rétrospectif, doit être confirmé dans les 42 jours du post-partum : si l’HTA disparaît, il s’agissait d’une HTA gestationnelle ; si l’HTA persiste, il s’agissait d’une HTA préexistante.

La prééclampsie (PE) est dite précoce si elle survient avant la 32e SA. La PE est dite sévère si elle comprend au moins l’un des critères suivants : HTA sévère (PAS > 160 mmHg et/ou PAD > 110 mmHg) ; atteinte rénale avec oligurie < 500 mL/24 heures ou créatinine > 135 µmol/L, ou protéinurie ≥ 3 g/24 heures ; œdème aigu pulmonaire[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Médecine vasculaire et HTA, Centre d’Excellence européen d’Hypertension, Hôpital cardiologique, CHRU, LILLE. Université de Lille 2 – Faculté de médecine Henri-Warembourg.

Laisser un commentaire