Syncopes ou épilepsies : les formes frontières

0

La perte de conscience (au sens de perte de vigilance) est un phénomène clinique fréquent (jusqu’à 5 % des motifs d’admission aux urgences) [1]. Les trois causes principales sont les syncopes, les crises épileptiques et les crises psychogènes regroupant les syncopes psychogènes et les crises non épileptiques psychogènes (CNEP). Les erreurs diagnostiques sont fréquentes, jusqu’à 25 % des premières crises ou perte de conscience.

Les crises épileptiques sont des troubles paroxystiques des rythmes cérébraux pouvant toucher une zone focale (crises partielles ou focales) ou plus diffuses (crises généralisées) du cortex cérébral.

La syncope est un phénomène d’interruption brutale et brève de la conscience avec perte du tonus musculaire secondaire à une hypoperfusion cérébrale globale et transitoire. Les causes de l’hypodébit peuvent être d’origine primitivement cardiaque ou induite par des modifications neurovégétatives (syncopes neurocardiogéniques dont la plus typique est la syncope vasovagale) [1]. La prévalence de l’épilepsie et des syncopes dans la population générale est très élevée, et le diagnostic différentiel entre les deux est parfois difficile. C’est[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Neurophysiologie clinique et Épileptologie, CHU de la Timone, MARSEILLE.

Laisser un commentaire