À qui prescrire les NACOs plutôt que les AVK ?

0

La place précise des NACOs reste cependant à définir, même si certains louent l’absence de surveillance biologique, la posologie unique ainsi que l’absence d’interactions avec l’alimentation. Il faut garder à l’esprit que ces puissants anticoagulants font toujours courir un risque d’hémorragies potentiellement graves au même titre que les AVK, que leur élimination majoritairement rénale pour certains expose à des surdosages chez les patients les plus fragiles et qu’aucun antidote spécifique n’est disponible à ce jour.À qui prescrire une anticoagulation efficace ?Les dernières recommandations européennes (2012) ont été une mise à jour de celles de 2010, permettant d’intégrer notamment les NACOs [5]. Elles stipulent qu’une anticoagulation efficace est indiquée chez tous les patients en FA en prévention du risque thrombo-embolique, sauf chez les patients à bas risque (FA isolée et âge < 65 ans) ou ayant une contre-indication (classe de re[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Institut de cardiologie, GH Pitié-Salpêtrière, PARIS.

Laisser un commentaire