Infarctus du myocarde : quoi de neuf en 2012 ?

0

Le Livre de la LOI

Il n’est pas possible de débuter cette revue annuelle sans donner la priorité aux nouvelles recommandations de la Société Européenne [1] d’autant plus que généralement elles sont automatiquement validées par la Société Française de Cardiologie. Comment ne pas se précipiter sur les 10 pages dédiées aux méthodes de reperfusion ? Compte tenu des auteurs, notamment des deux éminents collègues français, on n’est pas surpris que le support bibliographique soit complet mais laisse peu de place dans les cas litigieux au bon sens du clinicien, notamment pour les patients admis tardivement.

Dans les essais cités, a-t-on examiné le pronostic d’un patient admis à la 24e heure et porteur d’une occlusion de l’IVA proximale (oubli : il n’est pas nécessaire d’aller le vérifier en coronarographie) puis dilaté à un groupe traité exclusivement médicalement ? En cas de décès, lui aura-t-on donné toutes ses chances ? On constate avec plaisir que les résultats des études PRAGUE sont pris en compte et que des réseaux reliant hôpitaux sans équipe entraînée prête à accueillir un patient non thrombolysé sont plus efficaces qu’une thrombolyse intraveineuse.

L’exception d’un délai supérieur à 120 minutes entre le premier contact médical et le geste invasif éventuel devant faire pratiquer une thrombolyse, surtout si la douleur dure depuis moins de 2 heures, est clairement et justement expliquée. On pourrait y ajouter un élément pratique : exceptionnellement, pour des raisons anatomiques comme par exemple un ostium coronaire particulièrement mal positionné, la thrombolyse est certainement plus efficace qu’un acharnement technique.

Pourquoi assouplir les délais d’intervention ? Chacun sait qu’une équipe entraînée doit pouvoir accueillir un patient directement en salle en moins de 45 minutes après le premier contact extrahospitalier. Décrire des sous-groupes pour lesquels il est possible “d’enfiler son pantalon” plus lentement à 3 heures du matin ou de[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Fondation du Diaconat, MULHOUSE.

Laisser un commentaire