Quels examens complémentaires prescrire dans le suivi au long cours des biothérapies ?

0

Prise en charge

La prise en charge comporte en amont de l’introduction ou d’un changement d’une biothérapie plusieurs étapes.

>>> La recherche par l’interrogatoire et l’examen clinique des principales contre-indications et précautions d’emploi (http://www.cri-net.com/recherche/fiches Pratiques/index. asp).

>>> L’évaluation du risque infectieux commun à toutes ces biothérapies, en tenant compte des traitements de fond associés, de la prise d’une corticothérapie, des comorbidités et en vérifiant le dosage pondéral des immunoglobulines (DPIg) chez les patients traités auparavant par du rituximab.

>>> L’évaluation du risque cardiovasculaire (prise en compte du RIC et des facteurs de risque classiques [Recommandations de l’EULAR, AFSSAPS 2005]) tous les ans et en cas de modification de traitement de fond [1, 2].

>>> L’information (effets secondaires des traitements, contraception…) et l’éducation du patient (incluant les compétences de sécurité, HAS2007 : www.has-sante.fr/…/polyarthrite-rhumatoide-aspects-therapeutiques-hors-medicaments…).

>>> L’information de tous les médecins en charge du patient sur les principaux effets secondaires des traitements, afin d’organiser un suivi conjoint.

>>> Une mise à jour du cahier vaccinal (vaccins anti-grippal annuel et anti-pneumococcique recommandés ; les vaccins vivants contre-indiqués sous biothérapie, y penser bien avant !).

>>> Une vérification des traitements associés et notamment ceux métabolisés par les iso-enzymes du cytochrome P450, dont l’efficacité est susceptible d’être diminuée par la co-administration du tocilizumab (http ://medicine. iupui. edu/clinpharm/ddis).

>>> Un bilan préthérapeutique systématique comportant des éléments communs (tableau I) à ces traitements, mais également des éléments plus spécifiques tenant compte des modifications des constantes biologiques (tableau II).

Que prescrire et à quelle fréquence dans la surveillance des biothérapies ?

Le suivi des patients sous biothérapie doit être rigoureux, avec un suivi clinique régulier en vue d’évaluer l’efficacité des traitements et dépister d’éventuels événements indésirables, en particulier infectieux. La surveillance comporte également une évaluation structurale radiographique (tous les 6 mois la première année, puis annuelle[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Rhumatologie, Hôpital de l'Archet, NICE.

Laisser un commentaire