Auteur Delahaye F.

Service de Cardiologie, Hôpital Louis Pradel, BRON.

Recommandations
0

La Société Européenne de Cardiologie a publié un “position paper” sur la toxicité cardiovasculaire des traitements anticancéreux en septembre 2016 [1].
Les avancées dans le traitement des cancers ont conduit à une amélioration de la survie, mais elles ont aussi augmenté la morbidité et la mortalité dues aux effets secondaires directs du traitement sur le fonctionnement cardiovasculaire. Le présent document passe en revue les différentes étapes de la surveillance cardiovasculaire et de la prise de décision avant, pendant et après un traitement anticancéreux ayant des effets secondaires cardiovasculaires potentiels.

Revues générales
0

La moitié des patients qui ont une endocardite infectieuse (EI) doivent être opérés durant la phase initiale de l’EI, pendant l’antibiothérapie. Les raisons pour lesquelles il faut envisager une intervention chirurgicale précoce sont d’éviter une insuffisance cardiaque progressive, des dommages structuraux irréversibles causés par une infection sévère, une embolie systémique. La chirurgie est associée à un risque significatif.
On propose donc une intervention chirurgicale aux patients qui ont des éléments de risque élevé rendant la guérison avec le seul traitement antibiotique improbable, et qui n’ont pas de comorbidités ou de complications trop importantes qui rendraient la chirurgie trop risquée.

Recommandations
0

Ces recommandations ont été rédigées à l’initiative de la Société Européenne de Cardiologie, via son association pour la prévention et la réhabilitation cardiovasculaire (EACPR : European Association for Cardiovascular Prevention & Rehabilitation), conjointement avec d’autres associations, ce qui leur donne une grande légitimité : European Association for the Study of Diabetes (EASD), European Atherosclerosis Society (EAS), European Heart Network (EHN), European Society of Hypertension (ESH), European Stroke Organisation (ESO), International Diabetes Federation European Region (IDF Europe), International Federation of Sport Medicine (FIMS), International Society of Behavioural Medicine (ISBM) et WONCA Europe. Cette sixième version a été publiée en 2016 [1].

Recommandations ACC/AHA
0

Le terme “double antiagrégation plaquettaire” (DAAP) se réfère à l’association d’aspirine et d’un inhibiteur du récepteur P2Y12 (IR-P2Y12).
Ces recommandations ont été émises en avril 2016 (http://circ.ahajournals.org/content/early/2016/03/28/CIR.0000000000000404). Elles suivent la nouvelle classification des recommandations et des niveaux de preuve (http://www.realites-cardiologiques.com/mise-a-jour-des-classes-de-recommandation-et-des-niveaux-de-preuve/). Elles sont endossées par les sociétés américaines de chirurgie thoracique et d’anesthésie.