Présent et avenir de l’approche thérapeutique

0

L’insuffisance cardiaque à FEVG préservée (IC-FEP), malgré sa forte prévalence, reste une maladie orpheline. Toutes les tentatives de calquer l’approche thérapeutique sur le même modèle que l’insuffisance cardiaque à FEVG réduite (IC-FER) ont échoué à améliorer le pronostic de la pathologie, que ce soit avec les inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC) (périndopril et étude PEP-CHF), les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II (ARA II) (irbésartan et étude I-PRESERVE, candésartan et étude CHARM-PRESERVED), les β-bloquants (nébivolol et étude SENIORS) ou les antagonistes du récepteur minéralocorticoïde (ARM) (spironolactone et études ALDO-DHF et TOPCAT). Tout récemment, les résultats de l’étude PARAGON avec le sacubitril-valsartan sont venus renforcer les arguments pour dire que l’approche neuro-hormonale n’est pas la bonne.

Une autre approche consistant à cibler la fréquence cardiaque par l’ivabradine a également échoué dans l’étude EDIFY, renforçant encore la conviction qu’IC-FEP et IC-FER sont deux maladies différentes. Après un rappel de ce que nous disent les dernières recommandations, nous verrons l’attitude pratique actuelle, puis ce que nous réserve l’avenir.

Recommandations ESC 2016

Ces[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Cardiologie, CHU de DIJON.

Laisser un commentaire