Traitement percutané de la régurgitation mitrale primaire

0

L’insuffisance mitrale (IM) occupe en Europe le 2e rang des valvulopathies justifiant un traitement chirurgical [1]. L’anatomie et le fonctionnement physiologique de la valve mitrale, plus complexes que ceux de la valve aortique par exemple, expliquent que la régurgitation mitrale soit une pathologie valvulaire polymorphe et plurifactorielle.On distingue d’un côté les IM primaires, dans lesquelles un ou plusieurs composants de l’appareil valvulaire mitral sont atteints d’une lésion organique intrinsèque (maladie de Barlow, dégénérescence fibro-élastique à l’origine d’un prolapsus valvulaire, séquelle de rhumatisme articulaire aigu), de l’autre les IM secondaires, régurgitations également appelées “fonctionnelles”, le plus souvent consécutives à une pathologie du ventricule gauche (séquelle d’infarctus du myocarde ou myocardiopathie dilatée) perturbant le rôle de l’appareil sous-valvulaire dans le maintien de la continence mitrale.Cette revue s[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Groupe Cardiovasculaire Interventionnel, Clinique Pasteur, TOULOUSE.

Laisser un commentaire