Cardiomyopathies et thérapeutiques anticancéreuses

0

Cardiotoxicité des anthracyclines et du trastuzumab

La complication cardiaque la plus sévère des thérapies anticancéreuses est l’insuffisance cardiaque congestive. Un récent consensus d’experts européens et américains a notamment permis de préciser et de classer les dysfonctions cardiaques associées aux thérapies anti-cancéreuses (Cancer Therapeutics-Related Cardiac Dysfunction : CTRCD) [1]. Est désormais considérée comme CTRCD une chute de la fraction d’éjection ventriculaire gauche (FEVG) de plus de 10 points pour aboutir à une FEVG inférieure au seuil de 53 % qui doit être confirmée par d’autres modalités d’imagerie (IRM, scintigraphie). De plus, une nouvelle mesure doit être effectuée 2 à 3 semaines après le diagnostic de CTRCD, afin de déterminer si la réduction de la FEVG est associée à des signes cliniques d’insuffisance cardiaque (symptomatique) (IC) et de vérifier son caractère réversible (ou non).

Deux types de cardiotoxicité sont différenciés :

  • Type I : lésions dose-dépendantes et irréversibles, avec pour chefs de file les anthracyclines

La cardiotoxicité chronique aux anthracyclines se manifeste généralement dans l’année suivant le début du traitement bien que, dans certains cas, son diagnostic ne soit porté que 10 à 20 ans après leur administration. On estime que cette cardiotoxicité tardive concerne entre 1,6 et 5 % des patients exposés. Elle conduit à une dysfonction ventriculaire gauche souvent sévère et à l’apparition d’une insuffisance cardiaque congestive. Chez l’adulte, elle prend la forme d’une cardiomyopathie dilatée alors que chez l’enfant elle conduit plutôt à une cardiomyopathie restrictive.

Cette cardiotoxicité est dose-dépendante mais il existe aussi une susceptibilité individuelle. Les principaux facteurs de risque de la cardiomyopathie aux anthracyclines sont des antécédents ou des facteurs de risque cardiovasculaires tels que l’obésité [2], l’association à une radiothérapie[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Cardiologie, CHU Dijon EA PEC2, UFR Sciences de Santé, UBFC.

Laisser un commentaire