Cardiomyopathies et thérapeutiques anticancéreuses

0

Cardiotoxicité des anthracyclines et du trastuzumabLa complication cardiaque la plus sévère des thérapies anticancéreuses est l’insuffisance cardiaque congestive. Un récent consensus d’experts européens et américains a notamment permis de préciser et de classer les dysfonctions cardiaques associées aux thérapies anti-cancéreuses (Cancer Therapeutics-Related Cardiac Dysfunction : CTRCD) [1]. Est désormais considérée comme CTRCD une chute de la fraction d’éjection ventriculaire gauche (FEVG) de plus de 10 points pour aboutir à une FEVG inférieure au seuil de 53 % qui doit être confirmée par d’autres modalités d’imagerie (IRM, scintigraphie). De plus, une nouvelle mesure doit être effectuée 2 à 3 semaines après le diagnostic de CTRCD, afin de déterminer si la réduction de la FEVG est associée à des signes cliniques d’insuffisance cardiaque (symptomatique) (IC) et de vérifier son caractère réversible (ou non).Deux types de cardiotoxicité son[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Cardiologie, CHU Dijon EA PEC2, UFR Sciences de Santé, UBFC.

Laisser un commentaire