Revue de presse : Pourquoi il faut évaluer les inhibiteurs de la réabsorption du glucose dans l’insuffisance cardiaque ?

0

C’est d’une tribune qu’ont publié deux cardiologues new-yorkais dans Circulation pour défendre leur avis dont nous allons rendre compte ici (1). Cette tribune avait pour objectif de montrer que non seulement il est nécessaire d’évaluer les inhibiteurs de la réabsorption du glucose dans l’insuffisance cardiaque mais que, de plus, cette évaluation doit être conduite contre placebo. Les arguments qu’ils utilisent, véritable exercice de lecture critique d’un article, sont essentiels à prendre en compte car ils rappellent la fragilité de l’extrapolation du résultat d’un essai clinique à d’autres situations cliniques que celle évaluée spécifiquement dans l’essai.

De quoi s’agit-il ?

Dans l’étude EMPAREG Outcomes (2), conduite chez des diabétiques de type 2 en prévention cardiovasculaire (CV) secondaire, l’empagliflozine a été évaluée contre placebo et a montré qu’elle peut réduire la mortalité totale, essentiellement par une réduction de la mortalité CV (diminution relative du risque de 38 %), notamment par réduction de la mort subite et des décès par insuffisance cardiaque. Ce traitement permet aussi une diminution significative des hospitalisations pour insuffisance cardiaque. L’effet bénéfique a été constaté de façon homogène, que les patients aient eu ou non des antécédents d’insuffisance cardiaque à[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Clinique Villette, Dunkerque.

Laisser un commentaire