Staline, l’hypertendu paranoïaque

0

Très vite, il fait preuve de talents d’agitateur qui le conduisent à l’exil puis à la prison. Il se fait remarquer par Lénine qui lui confie en 1912 la direction du journal du parti (la Pravda). En 1913, Staline est arrêté et exilé en Sibérie. La révolution de février 1917 le ramène à Pétrograd. Il est nommé Commissaire du peuple aux Nationalités dans le premier gouvernement formé par Lénine, puis membre du Conseil du travail et de la défense et du Politburo (bureau politique du parti). Staline participe activement à la guerre civile qui se déroule en Russie. Progressivement il conforte sa position, ce qui lui permet d’être élu en 1922 au poste de secrétaire général du Comité central. En 1924, Lénine meurt, Staline et Trotski se disputent sa succession. Mais Staline élimine son rival grâce à sa ténacité et à l’appui du parti qu’il tient bien en main.

Staline met en place un nouveau système économique basé sur des plans quinquennaux afin de redresser la situation du pays. Il mène une politique de collectivisation des terres au profit de l’Etat et d’industrialisation accélérée. Aucune forme de résistance n’est tolérée, il développe les goulags et il instaure la terreur. En juin 1941,  » le petit père des peuples  » est surpris par l’invasion de l’URSS par les troupes allemandes. En juillet 1941, cinq mois avant que les Etats-Unis s’engagent dans la guerre, Roosevelt envoie son conseiller personnel, Harry Lloyd Hopkins, afin de rencontrer le généralissime Staline, président des commissaires du peuple et du comité d’Etat à la défense de l’URSS : « Il parlait net et fort, comme il sait que frappent ses troupes (…) Staline savait ce qu’il voulait, ce que la Russie voulait et supposait que vous le saviez (…)  Hopkins est informé que Staline souffre d’hypertension artérielle grâce aux informations délivrées au département d’Etat par Harriman, l’ambassadeur des Etats-Unis à Moscou. Au cours de la réception d’accueil, Staline aurait interrogé l’ambassadeur sur les nouveautés dans le domaine des thérapeutiques antihypertensives aux Etats-Unis. En février 1945 pendant la conférence de Yalta, Staline, âgé de 66 ans est, parmi les trois protagonistes, celui dont la santé est la meilleure.

Quatre mois plus tard, du 17 juillet au 2 août 1945, à la conférence de Potsdam, Truman qui a remplacé Roosevelt à la tête de l’exécutif américain[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Historien, PARIS

Laisser un commentaire