Les indications du scanner dans l’insuffisance coronaire

0

En attente des documents en cours de rédaction par les services de la Haute Autorité de Santé et dont la parution est attendue dans les prochains mois, nous ne disposons pas encore de “recommandations” officielles, ni nationales, ni internationales, sur les indications du scanner coronaire, mais seulement de publications de consensus d’experts [1, 2]. Cependant, les très nombreuses études publiées ces dernières années ainsi que les éditoriaux accompagnant parfois ces publications permettent au clinicien de guider sa pratique quotidienne.

Les principales validations cliniques

Depuis 2001, date de la publication des premières études scientifiques, plus d’une centaine d’articles ont comparé les résultats du scanner à ceux de la coronarographie. Il s’agit dans la grande majorité des cas d’études monocentriques sur des effectifs relativement limités (une centaine de patients au maximum) et, plus rarement, d’études multicentriques, répertoriées au nombre de 6 à ce jour [3-8].

Les propriétés techniques des scanners sont caractérisées, entre autres, par le nombre de “barrettes” ou de “détecteurs” dont ils sont munis (initialement 4, puis 16 et maintenant 64 sur les appareils les plus largement diffusés dans les centres hospitaliers, voire 320 proposé(e)s récemment par un constructeur). Grâce à ces améliorations techniques, les performances diagnostiques du scanner sont améliorées : images de haute résolution plus précises, nombre réduit de segments coronaires non analysables car de trop petite taille, temps d’acquisition raccourci, artefacts moins fréquemment rencontrés. A chaque étape de ces améliorations technologiques, de nouvelles études de comparaison du scanner avec la coronarographie ont successivement été effectuées.

Plusieurs méta-analyses [9-11] ont permis de situer la sensibilité, la spécificité, les valeurs prédictive positive et négative des scanners munis de 64 barrettes aux environs de 86 %, 96 %, 83 % et 95 %, respectivement. C’est surtout la forte valeur prédictive négative qui est le plus souvent soulignée car elle permettrait d’affirmer que lorsque le scanner coronaire est considéré comme normal (ou sans lésion significative), les artères coronaires sont anatomiquement normales (ou sans sténose significative) (fig. 1). Cependant, comme cela est souvent[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Fédération de Cardiologie. Hôpital Henri Mondor, Creteil.

Laisser un commentaire