Gestion d’un surdosage et d’un accident en anticoagulants

0

Les antithrombotiques ont pris une place majeure en cardiologie comme dans d’autres spécialités. Si les effets bénéfiques de ces traitements sont clairs et ont permis une avancée spectaculaire dans plusieurs domaines, en particulier dans les syndromes coronariens aigus, il existe un prix à payer qui est le risque hémorragique [1]. Cela est tellement vrai que ce risque hémorragique, qui était considéré comme un prix à payer pour obtenir une efficacité antithrombotique, devient actuellement un critère essentiel d’évaluation du rapport bénéfice/risque des nouveaux traitements.Ainsi, certains antithrombotiques potentiellement supérieurs à leur comparateur de référence ne verront pas le jour, non pas parce qu’ils ne sont pas efficaces, mais parce que leur risque hémorragique est trop élevé. Ainsi, dans la fibrillation auriculaire, l’idraparinux qui, dans l’étude Amadeus, donnait de meilleurs résultats en termes d’événements thrombo-emboliques par rapp[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Cardiologie, Hôpital Pasteur, CHU, NICE.

Laisser un commentaire