L’HTA masquée : faut-il la traiter ?

0

Incidence et prévalenceAu sein d’un groupe de patients normotendus en référence à la pression de consultation et l’automesure, l’incidence de l’HTA masquée a été mesurée à 11 % avec un suivi de 8 ans. La prévalence est très variable selon la population étudiée. Dans l’étude SHEAF conduite en France par Guillaume Bobrie chez des hypertendus âgés de plus de 60 ans reçus en médecine générale, 9 % des patients traités avaient une HTA masquée.Facteur de risque cardiovasculaireLes sujets présentant une HTA masquée ont un profil de facteurs de risque éloigné des normotendus. Leur pression artérielle systolique de consultation est volontiers supérieur à 130 mmHg, leur index de masse coporelle est plus élevée, ils sont plus fréquemment fumeurs ou consommateurs d’alcool et ont plus souvent une glycémie à jeun élevée ou une dyslipidémie.Risque cardiovasculaire attaché à l’HTA masquéeDans la population de l’étude SHEAF, les hypertendus[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Pôle Cardiovasculaire et Métabolique, CHU, TOULOUSE.

Laisser un commentaire