Cardiomyopathie dilatée et cardiopathie ischémique : comment faire la différence à l’échocardiographie ?

0

Selon la classification de l’OMS 1995 [1, 2], on distingue les cardiomyopathies dilatées, primitives et familiales et les atteintes secondaires (ischémiques, valvulaires, hypertensives, inflammatoires, auto-immunes, neuromusculaires, toxiques, du péripartum…).L’écho-Doppler est de nos jours un examen clé du diagnostic positif, de gravité, étiologique et pronostique [3, 4]. Une cardiomyopathie dilatée se caractérise sur le plan échocardiographique par une dilatation du ventricule gauche (VG) (diamètre télédiastolique > 31mm/m2 chez la femme, > 32 mm/m2 chez l’homme), associée à une altération de la fraction d’éjection (FE < 50 %). L’indexation à la surface corporelle doit être systématique pour les diamètres ventriculaires pour ne pas faire d’erreur d’interprétation de diamètres à la limite supérieure de la normale, mais en fait normaux pour un gros gabarit.Il n’est pas rare de découvrir à la faveur d’une dyspnée ou d’une pouss[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Hôpital Cardiologique Haut-Lévêque, CHU de BORDEAUX.

Laisser un commentaire