Quand doit-on associer un anticoagulant et un antiagrégant plaquettaire ?

0

La nécessité de combinaison d’un anticoagulant et d’un (ou deux) antiagrégant plaquettaire (AAP) est fréquente. Cela au titre d’une meilleure efficacité antithrombotique, mais au prix d’un surcroît de risque hémorragique.Les données sont discordantes d’une étude à l’autre, mais, globalement, on peut estimer que le risque de saignement majeur est multiplié par deux en cas d’association AVK-aspirine par rapport à l’aspirine seule ; l’association AVK-2 AAP multiplie le risque d’hémorragie majeure par trois à cinq par rapport à la prescription de deux AAP seulement. Enfin, la triple thérapie (AVK + 2 AAP) pendant 1 mois diminue le risque d’hémorragie majeure par deux par rapport à l’utilisation de cette triple thérapie pendant 6 mois [1].Dans quelles situations doit-on combiner les deux sortes d’antithrombotiques ?– chez un patient avec une condition justifiant un traitement AVK et une autre condition justifiant un traitement AAP,– c[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Cardiologie, Hôpital Louis Pradel, BRON.

Laisser un commentaire