Jusqu’à quelle valeur diminuer la pression artérielle chez le diabétique ?

0

2. La pression artérielle comme facteur de risque cardiovasculaire

Les études d’intervention menées depuis les années 1960 ont démontré que la diminution pharmacologique de la pression artérielle réduit le risque d’infarctus du myocarde et d’accident vasculaire cérébral. La réduction des événements est proportionnelle à la diminution de la pression artérielle systolique ou diastolique. Dès lors, la pression artérielle a pu être qualifiée de facteur de risque cardiovasculaire.

3. Les recommandations

Lorsque la preuve du bénéfice clinique de la diminution de la pression artérielle a été acquise au début des années 1970, il est apparu utile de proposer des recommandations dans l’objectif de diminuer la pression artérielle afin de diminuer le risque cardiovasculaire.

Des valeurs cibles de pression artérielle, initialement différentes des valeurs actuelles et selon les différentes Sociétés savantes, ont été fixées dans diverses recommandations. Depuis plus de 10 ans, toutes les Sociétés savantes ont évolué pour proposer des recommandations concordantes sur ces valeurs cibles. Ainsi, il faut faire en sorte que, chez la majorité des personnes, la pression artérielle soit inférieure à 140/90 mmHg et, dans deux sous-groupes, les diabétiques et les insuffisants rénaux, qu’elle soit inférieure à 130/80 mmHg.

4. Le cas du diabétique

L’effet de la diminution pharmacologique de pression artérielle chez les diabétiques a pu être évalué par des études conduites spécifiquement[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Clinique Villette, Dunkerque.

Laisser un commentaire