Rétrécissement aortique asymptomatique. Critères de positivité – Intérêt de l’épreuve d’effort

0

A l’opposé du rétrécissement aortique calcifié (RAC) sévère et symptomatique pour lequel l’indication d’un remplacement valvulaire est consensuelle, la décision opératoire en cas de RAC sévère asymptomatique reste largement débattue [1, 2]. Le principal argument en faveur d’une chirurgie précoce est le délai potentiel entre l’apparition des symptômes et la chirurgie, pendant lequel le patient est exposé au risque de mort subite [3] ou de dégradation irréversible de la fonction ventriculaire gauche. A l’inverse, chez un patient réellement asymptomatique, le risque de mort subite non précédée de symptôme est très faible (< 0,5 % par an) et ne justifie pas une chirurgie prophylactique, dont le risque opératoire est 4 à 30 fois supérieur au risque spontané [1].Télécharger l’article : [...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Pôle Médico-Chirurgical Cardio-Vasculaire

Laisser un commentaire