Insuffisance aortique et fonction ventriculaire gauche

0

La fraction d’éjection du ventricule gauche (FEVG), largement utilisée en pratique clinique (fonction pompe du VG), définie par le rapport entre le volume d’éjection et le volume télédiastolique (VES/VTD) est souvent assimilée à tort à la fonction systolique VG (fonction muscle ou contractile) [1]. Lorsque la fonction contractile du VG est altérée, la fonction VG reste déprimée, même après correction valvulaire. Une FEVG < 60 % en présence d’une insuffisance mitrale sévère indique une altération de la contractilité alors qu’une FEVG < 50 % en présence d’une insuffisance aortique (IA) sévère ou d’un rétrécissement aortique (RA) serré à haut gradient n’est pas synonyme d’altération de la contractilité du fait de l’augmentation de la postcharge.Un indice de fonction systolique devrait en effet remplir les conditions suivantes : indépendance des conditions de charge (pré- et postcharge), de la fréquence cardiaque et de la géom[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

CHU de Grenoble et membre du collège benfluorex de l’ONIAM, CHU de BREST. Groupement des Hôpitaux de l’Université catholique de Lille et CHU d’AMIENS.

Laisser un commentaire